Tournage de Shopping de Sally AITKEN

En 1852, Aristide Boucicaut entame un chantier qui va transformer le magasin de nouveautés qu’il dirige, «Au bon marché», en un somptueux temple de 50 000 m2 où l’on ne vendra plus seulement des objets, mais le désir d’acheter lui-même. Les bourgeoises s’y pressent, ravies de trouver un prétexte pour s’échapper du logis où la société les cloître. Certaines femmes succombent au point de s’endetter ou de devenir cleptomanes. D’autres apprennent à guetter les bonnes affaires. Quant aux vendeuses, elles travaillent dur, mais grimpent dans l’échelle sociale. Fasciné par ce phénomène moderne, Emile Zola l’immortalise dans son roman «Au bonheur des dames».

Lucile Krier au-bonheur-des-dames-de-christine-le-637x0-3

Au bonheur des dames

 

 

Article Télérama